Didier_Medoni_express

 

 

 

chanteur 7

Premier article donc, de Gilles Médioni, (critique musical, chroniqueur et auteur de nombreux livres) …

« Légère ou grave, rock ou électro, poétique ou engagée, la chanson tricolore se décline sur tous les tons. Quel est son héritage " Son avenir " ? Tour d'horizon :Tubes d'un jour ou classiques de toujours, les chansons d'en France sont reconnues depuis la création de la Sacem en 1851. Au moins.
De tous genres et de tous courants, cette chanson française n'arrive à fixer aucune définition. Elle est multiple, unique, nomade, métisse. Ici, l'identité nationale ne fait pas débat. Exemple : Parmi les quelque 300 albums sortis fin des années 2000 sous la bannière bleu blanc rouge se cotoyaient Benjamin Biolay, Cesaria Evora, Emily Loizeau, Salif Keita…
Mais qu'est-ce qu'une chanson française au fond ? C'est à la fois des rimes riches, de la poésie musicale, une vision du monde. Et son contraire : du vent, du rien, du « toi + moi ». Mais c'est bien sous le même terme générique que se rassemblent les artistes.
 Protéiforme, la chanson française se démarque des autres (italienne, espagnole, anglo-saxonne...) parce qu'elle évoque des thèmes souvent inattendus. Et le champ des possibles est illimité.

Prenons quelques bizarreries : des sujets comme la complainte des crêpes aux champignons (Olivia Ruiz),  un tacle de Patrick Vieira » (Vincent Delerm), un coup de gueule contre les VIP (Helmut Fritz), un IRM (Charlotte Gainsbourg) ou la mort d'un père (Marc Lavoine). Après, chacun trie selon ses goûts ou ses dégoûts, selon les heures et les humeurs, les soirées à deux ou les fins de nuit. Et fait avec les clichés : variété égalerait pomme d'amour, nouvelle scène serait synonyme d' "allô (maman) bobos parigots", etc. Lancez pourtant en l'air les noms de Bénabar, Biolay, Delerm, et d’autres chanteurs de caractère et voyez comme on en parle !
En 1995, l'hebdomadaire Les Inrockuptibles affichait Dominique A en Une et titrait : "La chanson française dont vous n'aurez pas honte". "A force, c'est presque devenu un problème, reconnaît Dominique A. J'en écris, j'en écoute, mais je ne suis pas le seul."

 Pour certains, le terme signifie encore un style empesé, désuet, figé dans l'autoglorification. Un héritage, au mieux de la rive gauche, au pire des années Maritie et Gilbert Carpentier. D'autres s'en revendiquent.
Créer des chapelles est inutile." Une bonne chanson court de fenêtre en fenêtre, fait entendre une voix, une vibration, une langue. Une chanson, c'est un témoignage, une photographie, une histoire qui raconte la France, parle des divorcés, de la condition féminine, de l'air du temps... Elle doit être compréhensible d'une façon immédiate, mais quand elle avance masquée, c'est bien aussi. A chacun de frayer avec son inconscient et son imaginaire.
 "Pour moi, l'un des parangons de la chanson française, explique Juliette, c'est Le Temps des cerises, chantable sans mélodie, sans avoir besoin de taper des mains. On peut l'écouter comme une chanson d'amour ou comme une chanson révolutionnaire."
Il n'y a pas de grandes chansons sans double sens, sans mystère. "Sans mystique", disait Claude Nougaro. "Celles qui partent du quotidien pour le décaler sont les plus fortes, poursuit Dominique A. Les Mots bleus, de Christophe, démarre d'une façon très prosaïque avant d'entrer dans un couloir d'irréalité. Une lumière particulière se dépose sur Le Sud, de Nino Ferrer." Des images secrètes brûlent sous les mots des plus grands auteurs : Etienne Roda-Gil, Alain Bashung, Dick Annegarn, Jean-Louis Murat, Dominique A, Allain Leprest. On regrette le temps des poètes, mais aucune radio ni télévision ou presque n'entend ni ne voit les Ferré d'aujourd'hui. Pourtant, l'âme de Leprest souffle sur le cœur de chacun : "Quand on me lance : "vous m'avez ému" , confessait ce dernier, (grand prix de la poésie de la Sacem), je réponds : "j'ai dû vous voler votre histoire à un comptoir, sur un trottoir (…)  Moi, je m'engage dans une chanson, je donne un morceau de ma chair."

La force de l'interprétation, c'est sa vérité, sa déchirure, son authenticité. "La chanson supporte des chanteurs qui parfois ne le sont pas, éclaire Vincent Delerm, parce qu'elle induit un rapport à l'intime, c'est aussi une affaire de personnage."
Une tournure d'esprit, une manière, une attitude.
Ouverte aux musiques d'ailleurs, la chanson française absorbe les autres rythmes, les digère et leur insuffle son style. "Cette constatation est valable pour tous les artistes français, ils ont compris l'évolution du monde", assure Yves Duteil, qui fut chargé, en 1995, d'une mission de conseil et de proposition pour dynamiser la chanson française. "Lavilliers a su allier une sonorité et le goût du voyage, il nous a montré la route", appuie le groupe Tryo. Un reggae adapté par Lavilliers, une bossa traduite par Moustaki ou par Nougaro deviennent-ils une chanson française ? Oui. Et, inversement, Brassens imprime à une version espagnole ou Gainsbourg à une version anglaise une tournure d'esprit, une manière, une attitude. "Ce qui me plaît dans la chanson française, c'est qu'elle n'est pas que française, appuie Serge Hureau, directeur du Hall de la chanson. Elle est d'en France. Elle est aussi celle des première, deuxième ou troisième générations issues de l'immigration". "J'aime l'idée qu'une chanson soit née d'un amoureux de notre pays, quelle que soit sa culture ou la langue qu'il utilise", ajoute Olivia Ruiz.
Bien sûr, l'anglais ouvre les portes de l'international à la vague folk-rock et aux DJ nouveaux ambassadeurs de l'Hexagone. Mais la "qualité française" est toujours aussi recherchée. ‘’

                                                                        --------------------------------------------------------

 

A vous de jouer donc ! mais avant de vous lire j’aimerai, juste pour le plaisir que vous cliquiez sur ce lien de mon chroniqueur de France Inter adoré (François Morel) qui, au moment où l'émission "La prochaine fois, je vous le chanterai" cesse, il remercie Philippe Meyer pour cette fenêtre ouverte sur les trésors de la chanson française.
Le billet d'humeur de François Morel dans le 7/9 (8h55 - 24 Juin 2016)
 http://dai.ly/x4i5ckq
Grand merci à vous !
Didier Homalamézon

 

 

The biggest bookie William Hill United Kingdom link.